Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 22:32

Après un début de mois pépère, (normal en gastro, les vacances calment les maux de ventre), voici venue ce jour une consultation bien remuante

Mme C à qui j’ai découvert un cancer du colon en endoscopie la semaine passée. Il s’agit d’une coloscopie motivée par la réalisation d’un test de dépistage par hemoccult , recherchant un micro saignement dans les selles.

            Heureusement pour la patiente, le bilan ne montre pas de ganglions, pas de métastases.

            Consultation d’annonce

            Direction le chirurgien

 

Mme A.

            Le genre de malade impossible. Folle, pleureuse, l’anxieuse qui déballe tout sur le           bureau, et en plus vraiment malade, car elle a une hépatite auto-immune.

            On en est a la 4ème consult depuis mai. Elle ne veut pas faire les examens, notamment    en juin puis en juillet elle m’a pris le chou parce qu’elle refusait de réaliser           l’indispensable biopsie hépatique préalable au traitement. Elle m’avait tant pris la tête   au cours de  la dernière consult.. j’ai du lui intimer l’ordre de stopper ses chuintements, tant elle me bloquait le cerveau avec ses récriminations. Impossible de      réfléchir sereinement dans de telles conditions sur son histoire négligée et compliquée.

 

            Elle s’est enfin décidée à la faire la biopsie. En plein mois d’Aout. Sauf que cela n’a       pas fonctionné comme imaginé. En fait, au scanner , il y avait une masse, et le      radiologue a prélevé dans la masse. Et il a oublié de me le dire. Et le labo a oublié de m’avertir du résultat.

            C’est donc  juste au moment d’appeler la patiente dans la salle d’attente que je    découvre  le résultat.

            J’attendais d’y lire le stade évolutif de l’hépatite.

            Or, sur le compte rendu, il est noté : adénocarcinome…. Cancer, quoi …

            Outre le choc que j’ai reçu, moi, en lisant cela…

            Je vous laisse imaginer la suite de la consultation..

            , mais un tel choc est il imaginable, même si comme madame A on le redoute, voire on    attend depuis toujours la maladie grave…

 

Maintenant madame B, bien connue, mal au ventreuse chronique, qui jargonne 3 mots francolgériens pour redire une fois encore qu’elle a mal au ventre. Comme je ne comprends rien aux explications, elle fait rentrer son fils. Ah c’est vrai, j’avais oublié, il est simplet. Il comprend le français lui, mais pas les questions !

 

Mme Br, encore une patiente que je connais de longue date. Bien sur, nous les spécialistes, nous ne voyons les patients qu’assez épisodiquement, même si cela s’étale sur des années. En l’examinant, je plaisante. Alors, la vie, ça va, racontez moi un peu ! …

                        Ma fille s’est suicidée le 25 décembre dernier…

                        Aïe, mais c’est affreux ça, Mme Br..

                        Oui me dit Mme Br, parce que mon fils, il s’était suicidé aussi il y a quelques                   années.

                        Après ça, t’es calmée, t’oses plus poser de question

 

Finalement, arrive enfin la dernière patiente de cette consultation bien chargée.

            J’ai saigné il y a 3 semaines et il y a 3 jours, dans les selles, m’indique t’elle.

            A l’examen : il y a plein de sang, du sang pur dans les matières. Il y en a qui  consultent au moindre gargouillement, mais d’autres ont la vigilance en berne, et l’anxiété sous le zéro… Mme Y a bien un saignement actif ; Une urgence, en pratique.        La coloscopie à réaliser en urgence demain, la prise de sang, je ne sais même pas si         elle a une anémie, la consultation en urgence avec l’anesthésiste, toutes les           explications sur cette soudaine précipitation que la malade bien sur, ne comprend pas     …

 

Enfin, bref, une journée active de la vie ordinaire d’un spécialiste libéral

Ceux que les hospitaliers appellent parfois d’un ton méprisant : les médecins de ville…


 

publié par: ML - dans médecine
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 21:21

Surprenant…

Voila 2 fois en moins d’un mois qu’un commerçant me propose de ne pas encaisser mon chèque tout de suite, ou de faire plusieurs versements.

Aujourd’hui, alors que j’achetais un téléphone portable.. (ça y est, me voici devenue Iphoniste comme tous les petits camarades, des découvertes en perspective, d’ailleurs)

Et la fois précédente, c’était en juillet, lors de l’achat des lunettes.

Cette proposition me surprend, non pas par son caractère spontané et sa gentillesse, mais surtout par son côté inhabituel. Depuis que je suis consommatrice, on ne m’avait jamais offert de telles possibilités, sans que je ne sois demandeuse en plus.

 

Cela traduit donc quelque chose de nouveau, mais de quel ordre ?

Il me semble donc ne pas avoir du tout l’air de faire partie d’une catégorie visiblement en difficulté sociale et financière.

Alors pour quelle raison me propose t’on d’étaler ma dépense, alors que jamais, avant, personne n’avait eu ce genre d’attention quand à ma solvabilité pour des achats ?

 

Mystère !

publié par: ML - dans joies
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 21:23
 

Je l'ai vu une seule fois ce patient, en Mars de cette année. Il il a tardé à venir réaliser sa coloscopie. Mais ce n'est pas grave, elle n'était pas urgente sa colo, et ce n'est pas le sujet de cette note. Le sujet de cette note, comme vous le verrez, est dans la couleur...


Que je le retrouve en septembre au bloc opératoire, après l'avoir consulté en mars, ne me pose aucun problème. L'esprit sain, le conservateur de ma défaillante mémoire, est à mes côtés, et pallie instantanément à tous mes défauts neuronaux. Comme on allume la lumière, d'un simple clic il réveille mes souvenirs, parfois les réanime totalement . Parce que, généralement j'oublie à peu près dès qu'il repart de mon bureau tout patient sans particularité vu pour la première fois. A peu près comme tout médecin, voire comme toute personne amenée à rencontrer autant de gens différents dans une journée. Bien sur, dotée d'une mémoire visuelle ultra efficace, je reconnaitrai le patient si je le rencontre, mais il me sera dans tous les cas totalement impossible de lui attribuer un nom. Hélas pour moi, cela se produit parfois même avec des patients, voire des personnes de mon boulot que je connais et fréquente de longue date. Pas moyen de faire revenir leur nom en mémoire au moment ou ils se trouvent en face de moi. Si je dois les présenter à une tierce personne, quel bafouillage, parfois une bérézina.


Mon patient du bloc, je ne le reconnais pas, bien sur, pas vu depuis 6 mois, retrouvé en pyjama de bloc avec un chapeau sur la tête, et 2 minutes de discussion avant anesthésie, tout cela ne favorise pas la reconnaissance.


Après l'examen, je vais, comme toujours, voir le malade en salle de reveil.


La salle de réveil est immense, et il est toujours difficile d'y trouver ses ouailles après l'examen. Euh, là, j'avoue, quand il faut reconnaître un patient allongé, moitié endormi, chapeau sur la tête toujours, masque à oxygène sur la face, parmi 10 autres exactement identiques, ça devient un vrai casse tête.


Alors il y a des trucs simples pour s'aider. Homme ou femme, et hop, la moitié des patients ne rentre pas dans le moule. Gros ou maigre, bien que souvent il y a plusieurs malades de même gabarit.


Il y a quand même un truc qui aide bien à se repérer. C'est la couleur de peau.


Donc la, cet après midi, j'arrive dans la salle de réveil. Il n'y a que 2 messieurs correspondant potentiellement à celui que je viens voir. Les 2 sont côte à côte. Les 2 sont noirs. Et l'un d'entre eux me regarde arriver avec insistance, tandis que l'autre s'en fout. Mon choix est vite fait. Je me dirige vers celui qui semble m'attendre...


Mon patient, évidemment, ...

                                  C'était l'autre .....

11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 22:57
Pour faire passer un changement, mon ancienne directrice, tout en rondeurs, tout en subtilité, avec ses années d’expérience, utilisait une méthodologie tout en souplesse.

Elle avait identifié dans chaque spécialité médicale ses personnes ressources, un peu comme les médecins s’appuient sur leurs correspondants
Pour faire passer une information, il lui suffisait alors de la distiller par le biais de ses alliés, variant ses personnes cibles selon la nature des info à communiquer. Le mieux restant dans tous les cas de transmettre les nouvelles aux gens sous le seau du secret, garantie pratiquement absolue que ce sera divulgué avec une rapidité impressionnante, tant les détenteurs de secrets touchant à l’ensemble du groupe dont ils font partie, ont hâte de se faire valoir en faisant connaître qu’ils détiennent une information avant tout le monde
Ainsi allait le monde de mon établissement, jusqu'à ce que nous arrive Mme Boum Boum.
Nous voici dans un registre nouveau et un mode de communication fondamentalement en opposition.
 
D’abord Mme Boum Boum a un charisme impressionnant. Elle en fait un usage immodéré, comme si elle savait d’avance que le magnétisme de ce charisme allait passer dans un obscur arrière plan une fois qu’elle aura tant bousculé les consciences que les gens lui feront plus de reproches que de confiance.

 Ensuite Mme Boum Boum a un ego totalement surdimensionné. Toutes ses phrases commencent par « JE ». On remarque rapidement que sa formulation « j’ai fait » recouvre également des actions que vous avez faites, vous, et que vous lui avez transmises.

Mais surtout, le management de Mme Boum Boum, est dans le style fonceur.
Elle se concerte, certes, mais surtout avec elle-même. Donc, la, à peine arrivée, elle nous balance en pleine tronche, le 2 septembre, une patate chaude, concernant l’ensemble des médecins de la clinique. Sa patate en plus, elle n’est pas trop cuisinée, vraiment brute. En amont d’un projet balancé de cette manière, mieux vaut avoir préparé ses arrières et être apte à répondre aux questions. Dans la situation qu’elle a déclenchée, ce n’est pas le cas. Elle n’a pas soulevé les questions auparavant, elle n’en a d’ailleurs pas soulevé, de questions, forte de ses certitudes, assurée que sa décision, choisie seule, sans prendre la dimension des désirs des gens, allait leur apparaïtre géniale. Que les questions soient bonnes ou mauvaises, elle les balaye d’un revers de manche.
Apparamment si Mme Boum Boum a décidé, c’est que c’est forcément génial, et tout le monde va s’en rendre compte … Or, ce ne semble pas être le cas, ni être en passe de le devenir…

 Va me falloir trouver le moyen de faire marche arrière sur son projet, en tous cas de la faire cheminer pour qu’elle accepte de se diriger sur une voie annexe et pas sur une voie sans issue, la voie qu'elle emprunte me semble celle de se mettre à dos l’ensemble des praticiens de son établissement.
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 21:11

Bon nombre de douleurs abdominales dont se plaignent mes patients me semblent relever en fait de douleurs pariétales, crampes, contractures, tendinites dans l’aine qui tirent sur le bas du ventre, douleurs dorsales ou intercostales projetées à l’avant.

 

Mais allez donc leur faire gober un truc pareil. Ils ont mal au ventre et veulent du vrai, de la maladie d’estomac, de colon, de vésicule, de ventre, quoi. Une tension de la paroi, franchement, ça fait pas très héroïque, ils ne sont pas acheteurs. Comme mon patient de ce matin. Crampe du flanc droit survenue après une heure de course à pied …. Mais s’il était chez le gastro, ce n’était pas pour qu’on lui assure que c’était bien une crampe. Pour lui, ce ne peut pas être un crampe, pour la simple raison qu’il n’en a jamais eu ! Il voulait impérativement une coloscopie, une vraie maladie, quoi. Et quand impatiemment je lui ai dit que moi non plus, avant d’avoir une douleur nouvelle, je ne l’avais jamais eue avant, son sens de l’humour n’a pas saisi la finesse de ma répartie.

 

Un point désigne bon nombre de douleurs abdominales, et l’aphorisme appris dans ma jeunesse se révèle vrai dans 100% des cas : « une douleur abdominale désignée par un point n’est jamais grave ».

 

Assez versatile, le point douloureux souvent varie, et se balade. En haut, en bas, droite ou gauche. Il établit chez chacun des douloureux ses localisations habituelles, préférentielles.

 

A force d’être présent, même pas beaucoup en début, comme une petite musique de fond, changeant selon les humeurs, il s’impose petit à petit à la conscience de son hôte. Vient alors le moment de victoire du point douloureux. De plus en plus à l’écoute de son point migrateur, le cerveau du propriétaire va petit à petit s'orienter vers une constante vigilance. Une surveillance permanente de l’intrus s’installe, et génère, dès lors, une focalisation sur ce petit point douloureux.

 

Trop content , le point, qu’on le considère ainsi comme important. Comme le point est joueur, et a de l’humour (contrairement à la personne qu’il attaque) , il se manifeste de manière incontrôlée et incontrôlable, pour maintenir l’attention, pour ne pas se faire oublier.

 

Et donc, les patients ont mal au ventre. Ventre étant un terme générique, représentant clairement dans l’esprit populaire tube digestif ;  Et pourtant, quand les gens ont mal au ventre, ils n’ont souvent rien de plus aux boyaux que ceux qui ont mal dans le thorax avec un cœur palpitant de bonne santé.

Difficile, voire souvent illusoire, de convaincre un patient que sa douleur abdominale ne vient pas du tube digestif….

 

8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 21:46

82 ans, surement pas toutes ses dents, et une énergie dynamique autour d’une belle couronne de cheveux blancs.

 

Manque tout de même ce petit rien qui rend paroifs un vieux monsieur irrésistiblement séduisant, enjôleur, charmant.

 

Il est entièrement tourné vers lui-même. A consacré une partie de sa vie, de ses loisirs, de ses relations familiales, à faire supporter à tout son entourage ce qu’il ne peut gérer par lui-même : sa constipation… 

 

Sa femme , la pauvre est épuisée, ca fait longtemps qu’elle ne lutte plus. Elle vient toujours avec lui aux consultations, mais a cessé  d’intervenir dans son discours. Elle a fini par comprendre qu’il ne s’adresse en réalité qu’à lui-même et qu’il n’y a plus de place pour elle. Elle l’accompagne par habitude, ou parce qu’il le demande, ou parce qu’elle a peur. Dans l’autre sens, elle, que je soigne aussi, vient toujours seule en consultation.

 

Tout haut, il ressasse ses griefs contre sa fameuse constipation. , il est évident qu’en réalité il ne sait faire qu’une seule chose : se parler. Chaque journée consacrée à sa plainte efface et idéalise la journée précédente. Ce qui explique sa pugnacité dans le symptôme. Toutes les consultations se suivent et se ressemblent,  émaillées de sa ritournelle : c’est pire qu’avant, avant je n’étais pas comme ça. Et si on tente de lui expliquer, de le raisonner, de lui rappeler que si, la dernière fois, et l’avant dernière et puis il y a un an, 5 ans, 10 ans, il se plaignait déjà de la même chose, eh bien, non il ne peut, ou ne veut le croire. La rengaine est aussitôt la : mais non, avant c’était mieux…

 

Il n’y a pas de solution. On voudrait vraiment le sortir de ce tourment. Mais il ne le veut pas, quoi qu’on en pense en le voyant sans cesse revenir en consultation. Sa vie tourne autour de ce monologue avec lui-même, de son tuyau bouché centrant son corps replet et sa santé insolente. Je lui represcris les éternels mêmes médicaments, sachant par avance qu’il en fera à nouveau un usage désordonné, que la sur-utilisation des premiers jours , dans l’espoir de résoudre enfin définitivement sa constipation va le conduire à une prévisible diarrhée. Je sais d’avance combien il va s’appuyer sur ça pour stopper le traitement, car la diarrhée sera vécue comme invivable autant que l’inverse. Je sais aussi qu’il lui faut gérer les prétextes à garder un suivi médical, donc forcément la poursuite du trouble .

 

Sur l’autre fauteuil, sa femme se tait, se ratatine. Elle a eu, elle, une maladie auto-immune grave, puis un cancer. Avec cet homme à ses côtés, elle a appris le silence. Forcément, à quoi bon parler à un conjoint qui n’écoute en fait que lui-même.

2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 20:50

Retenir 0,50 centimes d’euros par médicament peut être discuté, quoi que la somme reste malgré tout, assez modeste, et certainement gérable par une large majorité de patients.

 

Il peut paraître plus discutable que la somme soit prélevée sur chaque boite de médicament. En effet, le conditionnement des médicaments étant différent, et pas syndical, un mois de traitement peut conduire à l’achat de une à 2, voire 3 boites d’un médicament. Il n’est pas tout à fait normal que le patient paye plus de franchise seulement parce qu’un labo conditionne les comprimés à sa guise.

 

Sans parler du casse tête des traitements chroniques, associant des boites de 28 et des boites de 30, ce qui entraine un permanent et déconcertant décalage dans les différents médocs.

 

Mais en fait, personnellement, ce qui me dérange le plus dans cette franchise, c’est son côté « à posteriori ».

 

Tu vas à la pharmacie, tu achètes ton traitement, tu payes … rien !D’ailleurs, tu ne sais même pas le prix total de ton traitement, mais c’est un autre débat, il y en a long à dire sur cette ignorance, ne serait t’elle pas source de plus de dépenses ?

 

Ensuite, après quelques semaines, toujours longues, car la sécu est un organisme vivant, certes, mais à cerveau lent .., après ces quelques semaines tu reçois un papier de la sécu, qui t’indique le prix des médicaments que tu as achetés , et en bas , sur une ligne, le montant de ta franchise. Mais comme tu n’as rien payé, il est indiqué que les franchises seront à régler lors d’un prochain achat ! Cette ligne est agaçante. Elle te place en situation de débiteur. Franchement , les quelques euros que je dois à chaque fois, j’aimerais mieux les régler tout de suite. Quand on me marque sur un document que je dois 1,5 euros à la sécu (franchise de mon traitement mensuel), j’ai l’impression que cela me coûte plus cher que si je les avais donnés au moment de mon achat de médicament. En effet, donner de l’argent dans le cadre d’un achat est dans l’ordre des choses, et beaucoup moins tracassant que de se voir dire « vous devez rendre de l’argent, parce que vous avez acheté quelque chose »

 

Corollaire de cette méthodologie de récupération des sous par la sécu, étant donné que tu ne débourses rien chez le pharmacien, rien dans les laboratoires d’analyse, le seul remboursement qui va donner lieu à la récupération des franchises de la sécu, ce sont les consultations chez les médecins.

 

Et du coup, lorsque tu vas chez le médecin, on te les compte en une fois, toutes les franchises, et celle de ta famille s'ils sont sur ta sécu. De petits ruisseaux de 50 centimes par ci ou par la finissent par faire une rivière d’euros bien consistante.


Du coup, tu as l’impression que les consultations médicales sont encore plus mal remboursées qu’en réalité. Et tu pesteras contre qui ? contre ton médecin, bien sur, dont les consultations sont si chères !


Pendant ce temps, le pharmacien ne s’est pas emmerdé, lui, à faire le trésorier de la sécu.

Comme à l’accoutumée, le système aboutit à faire peser la suspicion sur les médecins, et à bien faire comprendre aux malades que ce sont eux les grands dépensiers de la santé, dont on peut, à loisir, amputer les remboursements en y imputant les franchises des autres prestations.

publié par: ML - dans médecine
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 21:25

Nous allons bientôt remuer les ménages et les méninges dans notre établissement, en procédant à des déménagements en masse. Un peu du style les chaises musicales, je mets ailleurs ce qui était la, et je change ce qui était ailleurs… sauf qu'au passage, on rajoute des chaises en dehors, des mètres carrés supplémentaires. L'énorme superficie du bâtiment neuf qui nous abrite depuis à peine plus de 5 ans, et qui avait paru au premier abord surdimensionné, commence devenir étriquée. Ca manque de place de tous les côtés, et il n’y a guère de possibilité d'adaptation sans augmentation entropique de l’espace.

Quelle que soit la surface de départ, l'univers et nos affaires étant perpétuellement en expansion, on finit par entasser tant de gens ou tant de matériel, ou tant de visiteurs, que ça craque aux entournures, les meubles encombrent, les voisins empiètent.

 

Evidemment bouger physiquement, c’est aussi remuer les consciences. Partir, changer, c’est toujours mourir un peu, tuer des habitudes reposantes dans lesquelles on se complaisait malgré l’inconfort. De nombreuses personnes doivent entériner et être partie prenante rapidement d’une décision qu’elles n’ont pas prise, sur laquelle elles n’ont même pas été consultées. Ceci est créateur tout à la fois d’enthousiasme et d’anxiété.

 

Ma position dans l’établissement me conduit à gérer cela, je trouve un piment inattendu à ma rentrée.

 

Je m’amuse d’avance du scoop de l’annonce demain soir. Une réunion exceptionnelle est prévue, et contrairement aux on-dit qui circulent, le lieu de migration ne sera pas celui qui a été évoqué en première instance. Le secret semblant bien gardé, et surtout les choix géographiques me paraissant excellents, cela devrait créer un effet d’annonce positif et mobilisateur.

29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 22:00

On ne sait pas toujours que l'on vit un "dernier jour". Par exemple un dernier jour de vie, un dernier jour de maladie ou de bonne santé, un dernier jour d'amour.
Un dernier jour connu, identifié est celui qui accompagne inéluctablement chaque période de congé. Voici une étape incontournable, franchie par l'ensemble de ceux qui ont des vacances: Celle du dernier jour de vacances. Pas moyen d'y échapper, quellle que fut la nature des vacances,. On voudrait reculer, gagner un moment encore... Mais non, le jour et l'heure sont fixés d'avance, et quoi que l'on fasse pendant toute la durée du repos pour ne pas y songer, on s'y retrouve forcément confronté... le dernier jour des vacances

Ce dernier jour est redoutable par son côté couperet, et la plupart du temps, par la plupart des gens, redouté. On ne l'anticipe pas, la plupart du temps. Comme s'il n'allait pas vraiment arriver. Comme si, cette fois ci, ce serait différent, plus facile, un enthousiasme presque de quitter les vacances. C'est seulement au moment de s'y confronter pour de vrai que la réalité du dernier jour prend sa dimension, son inéluctabilité, la vision de l'impossible retour en arrière. Derrière ce dernier jour, ces derniers moments, dont on se dit en conscience que ce sont les derniers, bains, promenades, soleils, repas, se cache tout le cortège de la remise en ordre de la maison de vacances, de la remise en ordre de la tenue vestimentaire, des levers du matin à l'aube, alors qu'on avait pris le temps des grasses matinées très au sérieux, des contraintes et de la ville qu'il faudra retrouver.

Le premier jour de vacances, lui, bien au contraire, est passé comme lettre à la poste, si facile à vivre !  c'est pitié que le dernier soit tant chargé de négatives significations. On ne se lasse jamais de le ressentir durement, d'y penser à chaque moment, les heures et les minutes nous rapprochent de la sonnerie de fin... ce dernier jour traine lourdement ce cortège chargé de regrets, accompagnant les derniers moments qui nous séparent de la perte de liberté. Parce que l'expérience est la pour rappeler combien le retour rapporte dans son sillage une perte essentielle: la perte du temps libre.

27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 20:42

Reçu une pub pour un site de référencement. On me propose d'intégrer dans mon blog une bannière (gratuite); cela génèrera des suites en terme de rétribution pour eux et de fréquentation pour moi.

Rien compris à cela, et d'ailleurs pas intéressée.

Déja je n'arrive pas à adhérer à l'option premium d'overblog qui propose justement plus d'options. J'ai plusieurs fois décidé de le faire, et un blocage est toujours survenu au moment du clic de confirmation. Toujours  pas trop bien compris l'intérêt. de ça.

Réferencée sur des sites, je le suis déja, chez des copains de blogging et peut être chez d'autres à mon insu. Réferencée sur des moteurs de recherche, j'ai la surprise de découvrir ma figuration dans leurs articles. Mais solliciter de moi-même un référencement, ce n'est pas dans ma nature. En fait, vous avez compris... je rêve d'être prise en considération pour mes qualités intrinsèques de rédacteur, et non parce que je vais faire ma publicité ! Quelle outrecuidance, n'est ce pas !

Ouvrant un blog en 2007, j'étais totalement insensible à la notion d'audience. Pas plus, je n'avais pensé figurer dans la rubrique des blogs médicaux. En pratique, indiquer que l'on est médecin, même si l'on parle la plupart du temps de soi et non de la médecine, suffit à faire entrer un blog dans le palmarès des blogs médicaux.

Ce qui tend à prouver que, même hors du champ de la médecine, même en short, et en tongues, même  sur d'autres sujets, un médecin est regardé en premier lieu comme un médecin..

Evidemment, comme tout bloggeur, j'apprécie de voir des visiteurs, de lire leurs commentaires. Il faut dire qu'overblog n'est pas particulièrement performant sur le sujet du comptage des visites. J'aimerais bien insérer un compteur sur le blog, pas moyen. La traçabilité de l'origine des visiteurs ne me semble pas non plus d'une exhaustivité fiable. On s'en contente. J'aimerais bien faire partie de ces blogs qui attirent des tas de commentaires, mais ce n'est pas le cas. Je suppose que cela vient de la manière dont j'exprime les sujets, probablement trop fermée, trop personnelle, et pas forcément accessible.

En même temps, et depuis le premier jour de ce blog, je pensais naïvement rester dans l'anonymat. Aucun de mes amis ou collègue n'a jamais entendu parler de son existence. Mais comme je suis authentique, je n'invente rien, s'ils arrivent ici un jour par hasard, je suis reconnaissable. Néanmoins, auprès d'autres bloggeurs médicaux, ou non médicaux, j'ai levé cet anonymat et donné mon identité.  La préoccupation n'est pas nouvelle chez moi ou est le naturel ?   

Je remarque pourtant, que de plus en plus, j'assume ce que j'écris, et je finirai peut-être par atteindre une maturité suffisante pour accepter que des personnes proches puissent venir lire ici mes cris et chuchotements. Ceci dit, je le redoutais en 2008 incognito ma non troppo , et pour le moment, ou bien ceux qui sont venus sont restés discrets, ou bien le monde de la toile est plus immense que ce aue j'imagine, ou bien ils ne fréquentent pas les blogs médicaux? . L'hypothèse privilégiée est la dernière ! Car seuls certains originaux de mon âge aiment le bloggage, les autres n'ont pas de temps ni d'envie pour de telles promenades internautiques.

Présentation

  • : cris et chuchotements médicaux
  • : Déménagement définitif du blog à l'adresse suivante: www.cris-et-chuchotements-medicaux.net
  • Contact

@copyright

J'autorise les citations de mes textes sous réserve que soient citées la source et le lien.

Je trouve agréable d'être avertie, c'est plus convivial.

L'icone "j'aime" est bien, mais un commentaire c'est mieux

Si vous voulez me contacter: gastroenterologue92@gmail.com

Rechercher

Retrouvez tous les articles du blog ici: cris-et-chuchotements-medicaux.net. Vous y retrouverez l'intégralité des articles déja publiés, de nouveaux post, et vous pourrez mettre vos commentaires !

blogs santé

Teads - Top des blogs - Santé et bien être

A propos de moi

Ce blog a définitivement déménagé en septembre 2015 à l'adresse suivante: cris-et-chuchotements-medicaux.net.

Vous y retrouverez l'intégralité des articles déja publiés, que vous pourrez commenter (ici les commentaires sont désactivés)

et de nouveaux post, bien sur ! 

Au plaisir de vous retrouver sur mon nouveau blog

 

 

 

essai