Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 22:12
La première technologie sur la route du patient, c’est moi !…

Une technologie ultra-sophistiquée.  15 ans d’étude, 20 ans de pratique, l’expérience de nombreux malades, des oreilles pour écouter, des yeux (bleus) pour observer, une voix pour échanger. Et puis, 2 instruments merveilleux au bout de mes bras, mes mains et la perfection de 10 doigts dotés de millions de récepteurs hypertactiles. Toucher, entendre, voir, parler, toute cette technicité pour instaurer une relation de confiance. Auquel je rajoute généralement ce geste magico-technologique banal mais indissociable d’une consultation, la prise de la tension, image idéalisée du service minimum d’un acte médical dans l’esprit de nombreux patients.

    

    A mon sens, le gratifiant, le passionnant, dans notre métier, est d’utiliser la technique en un complément logique de la réflexion médicale et de l’examen clinique. Le centre de l’attention ne doit pas être l’ordinateur et le patient ne se résume pas à son dossier, fut-il informatisé.  L’exploration technique n’a pas pour fonction de faire un balayage à l’aveuglette à la recherche de l’hypothétique diagnostic. Toutes ces extra-ordinaires avancées de la science ne sont pas seulement des virtuosités. Elles se positionnent au service de la médecine, et pour donner le maximum de chances au patient.  

    

    C’est assurément dans ces conditions là que je ne pourrais plus faire de la médecine sans le support de toute cette panoplie d'explorations complémentaires, tellement avantageux en termes de diagnostic et de thérapeutique. Revenir en arrière, au temps de mes études –années 75- me paraitrait totalement rétrograde et inenvisageable ! Une échographie était alors un évènement, l’ordinateur balbutiait dans le plus grand secret, et le scanner ne s’envisageait même pas en rêve …

    

    Ce qu’ont changé, ce que continuent à changer pour moi les nouvelles technicités, et notamment toutes celles que j’utilise au quotidien dans mon métier de gastro-entérologue ? La facilitation, l’aisance au diagnostic et au traitement. Des moments difficiles aussi : ceux ou l’on voit apparaître des images pathologiques et ou l’on devient ainsi porteurs de secrets qu’il faudra faire connaître au patient. Et une vraie prise de conscience : sans humanité, toute technologie serait vaine en médecine.



Marion L

publié par: ML - dans CARNAVAL
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 20:22
On sous estime ce problème de riche: les relations avec les femmes de ménage.

Pas possible d'éviter ça quand on travaille autant que moi, avec en plus un mari totalement incapable de gérer quoi que ce soit, vu son handicap.

Tout commence dès l'embauche. Ou mettre l'annonce ? afin de ne pas recevoir 100 coups de téléphone, notamment des personnes qui habitent des banlieues diamétralement opposées à la votre et se disent prêtes à faire 3 heures de transport par jour pour venir travailler 2.
L'affichage en local c'est beaucoup mieux. Pour ma dernière embauche, j'ai poussé la notion de local à l'extrème en apposant une annonce... sur la fenêtre du rez de chaussée. Au moins, les personnes intéressées savent ou ils(elles) postulent.
Vient le premier contact et les références. Que l'on souhaite bien sur, vérifiables. Ma femme de ménage actuelle, embauchée en septembre 2007, avait 2 employeurs, l'un content, l'autre non. Auquel se fier ? A son intuition. La mienne me disait de ne pas trop me fier à son sourire, mais elle était quand même sympathique.

Une fois que le job est entamé, bien définir ce que l'on attend; en effet, si l'on prend une personne pour faire le ménage, par définition c'est que l'on est absent. Donc on ne peut pas gérer.
Au début, ça se passe bien. La dame de ménage fait des efforts, et vous aussi, vous essayez de ne pas focaliser sur les endroits qu'elle n'a pas nettoyés, et que vous auriez récurés, vous...   Après quelques semaines, il apparait bien qu'elle ne prendra pas d'elle même l'initiative de procéder exactement comme vous l'auriez nettoyé. Vos mots deviennent plus précis, mais déja une certaine lassitude s'installe. Pourquoi faut il lui dire toutes les semaines de passer la poussière sur les meubles et d'enlever les traces de doigts sur la fenêtre du salon.

Moment des premières vacances. Vous l'aviez embauchée en septembre. Elle prend 10 jours à Noel, que magnanime, vous décidez de payer à titre d'étrennes. Re en février. Puis en juillet, elle prend des jours qu'elle est censée remplacer, mais elle ne tient pas l'agenda à jour comme vous le lui avez demandé. Intuitivement, c'est clair qu'elle ne travaille pas le nombre d'heures prévues. Mais bon, vous êtes crevée, et vous laissez passer, en décidant de lui faire confiance, elle assure remplacer tout. Enfin, euh, vous êtes crevée mais pas conne non plus... . En Août, elle repart a nouveau presque 5 semaines, que vous lui réglez a nouveau en intégralité, pour ne pas passer pour un inique patron, elle est seule avec son fils de 6 ans, c'est dur. Dès son retour le 3 septembre, elle vous indique qu'à Noël, cette fois, elle va dans sa famille pendant 2 semaines. Premier vrai craquage. Vous annoncez clairement votre intention de ne pas payer ce nouveau congé. ALors elle vous échange soit disant 3 heures de plus par semaine, qui remplaceront les heures de ses vacances. Et à nouveau elle oublie  tout le temps de tenir à jour les heures qu'elle est censée faire en plus.

Le statut de patron exploitable étant enfin entré véritablement dans les moeurs, son ardeur ménagère commence à faiblir. Quoi, vous payez sans faiblir des heures qu'elle ne fait pas, alors elle se fatigue de moins en moins durant celles qu'elle est censée effectuer. Des petites négligences initiales deviennent de grands déserts de travail. On continue a mettre des mots, qui demandent chaque jour des actions normalement incluses dans la fonction de base. Et chaque jour un peu plus, c'est pas fait, ou mal ...

Ce soir en rentrant, la situation après 3 heures de boulot de la femme de ménage à la maison était à peu près de cet ordre:
- elle n'a pas rentré la poubelle
- l'évier est dégueulasse (alors que mon mot stipulait de le laver plus blanc que blanc)
- les casseroles que j'avais laissées a laver sont lavées, mais pas rangées
- elle les a mises dans la machine a laver la vaisselle, a fait tourner la machine qui était par ailleurs pratiquement pas remplie. (je sais, je l'avais laissée comme ça exprès à titre de test !)
- elle a fait la soupe, et l'a laissée a l'air sur la table. Pas mise au frigo.
- les fruits pourris dans le saladier sont toujours pourris (autre test, j'exagère, non ?)
- le ménage n'est fait dans aucune des chambres. Elle n'a pas commencé le repassage. Tout ce qui était à ranger dans les placards est encore dehors.

J'ai craqué, et je lui ai téléphoné. Avec l'expérience et le recul, je choisis maintenant de ne plus faire durer indéfiniment ce genre de situation. Qui me fait passer mes moments de loisirs avec un balai dans une main et un chiffon dans l'autre, tout en payant une personne qui est censée le faire. Depuis le temps que je vis dans ma maison, je sais ce que l'on peut y faire en 12 heures dans une semaine. Ce n'est pas parce qu'elle a moins de qualifications que moi qu'elle peut s'autoriser à ne pas faire son métier correctement.

Je lui ai demandé de m'expliquer ce qu'elle avait bien pu faire pendant 3 heures. Elle n'a trouvé que des trucs incroyables: la baignoire (mais personne ne s'en sert jamais !) et en plus elle n'a pas nettoyé la salle de bains qui va avec la baignoire.  Soit disant elle aurait fait le ménage derrière les bouteilles de vin à la cave ? mais bof, elle n'a pas fait la cave non plus; elle affirme avoir laissé l'évier nickel. Seulement mon mari n'est pas la, je me demande comment cet évier a déja repris le même aspect que celui dans lequel je l'ai laissé en partant ! Elle me dit qu'elle a trouvé la cuisine dégueulasse ce matin. Pas propre certes, mais en usage normal de week-end, rien de plus. En plus, chère femme de ménage, ma cuisine fait à tout casser 5 m
2
, cela m'a toujours compliqué la vie qu'elle soit si petite...

Elle a eu le droit à un ultimatum en règle. Je crains qu'elle ne reste pas 10 ans comme la précédente. Car je passe généralement pour une patronne pas trop chiante, et entretenant de bonnes relations avec les salariées qui sont venues chez moi. Seulement, je considère aussi que chacun doit faire son job. Je ne laisse pas mon linge sale à laver, je ne demande aucun nettoyage inhabituel ou dégradant. Dans ces conditions, chez moi, on bosse, ou on va voir ailleurs.

Ah, ces riches, ils ont vraiment des vrais soucis.
publié par: ML - dans colères
commenter cet article
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 20:42
La permanence des soins est obligatoire, pour les médecins libéraux  autant que pour les salariés hospitaliers. Les 2 différences sont de taille. D'abord pour les libéraux, l'astreinte ou la garde vient en complément de l'activité normale, et nous n'avons aucun repos de sécurité. En second lieu,  bien qu'obligatoire, les astreintes ne sont rémunérées pour la majorité d'entre nous. La rémunération  concerne les généralistes, 2 chirurgiens par établissement- un viscéral + un orthopédiste- , ainsi qu'un obstétricien et un anesthésiste. Sur une grosse structure comme celle ou je travaille, nous sommes environ une quinzaine d'autres spécialistes d'astreinte, et non rémunérés. Mais tenus en laisse par notre obligation d'être au téléphone et de répondre à l'urgence.

Dans ma spécialité, nous assurons les astreintes à 12 . Ce qui veut dire un jour sur 12, 24 heures une fois toutes les 2 semaines environ . Nous avons décidé de réunir nos jours d'astreinte, et donc nous prenons à tour de rôle une semaine entière d'astreinte 4 fois dans l'année. Jour et nuit le portable est alors notre compagnon inséparable.

Il a d'ailleurs pour principal défaut de sonner de préférence quand le médecin est sous la douche, voire aux toilettes, ou bien quand on est sorti acheter le pain en l'oubliant à la maison.

L'astreinte de gastro-entérologie est théoriquement une astreinte d'endoscopie. C'est à dire, passer un tuyau dans l'estomac de patients ayant une hémorragie digestive ou  d'importantes douleurs. Nous sommes donc sollicités, non pas en direct par les patients, mais par les autres médecins de première ligne, c'est à dire urgentistes et réanimateurs.

Le premier travail du gastro appelé consiste à déméler l'urgence de la non-urgence. En effet, non seulement quand on n'est pas payé on n'a pas envie de se déplacer à tout bout de champ, mais en plus les conditions de l'endoscopie d'urgence le week-end et la nuit sont totalement différentes de l'habitude, car nous devons alors faire cet examen avec les infirmières présentes, mais qui ne savent pas nous aider. Notamment pour les gestes techniques tels qu'injection dans un ulcère qui saigne, ou pose d'élastiques sur des varices oesophagiennes hémorragiques.

Donc si ce n'est pas une urgence, mais une simple angoisse de celui qui appelle, cela n'indique pas forcément le déplacement immédiat.

Par exemple ce matin, j'ai été réveillée par une réanimatrice. Elle souhaitait une fibroscopie pour une patiente en très mauvais état clinique, qui a vomi un peu de sang, sans cependant se "déglobuliser". Ce terme technique signifie qu'une anémie apparait, ce qui témoigne d'un saignement non seulement actif mais important. Le hic étant que la malade a déja eu une endoscopie il y a environ 3 semaines et que la cause de saignement, une oesophagite grave, a peu de chances d'avoir disparu dans le contexte que m'a expliqué la collègue.

Donc, il n'y a vraiment pas de raison pour que j'aille une nouvelle fois remettre un tuyau dans l'oesophage de cette patiente, aucun nouveau diagnostic ni aucun nouveau traitement n'en découlerait.

Le hic est déja de faire comprendre cela au callègue qui appelle. Lui il est réanimateur, donc habitué à agir dans l'urgence , sans rien différer. Une fois que j'avais expliqué calmement mon point de vue a la réanimatrice, j'ai bien vu que cela lui déplaisait. Elle a insisté et je suis restée sur ma position. Je veux bien me déplacer, mais si cela a un intérêt pour le patient, ce qui n'est pas le cas dans la situation proposée.

Dans la réflexion, intervient tout d'abord et avant tout l'intérêt du malade. Y a t'il un apport de cet examen pour lui; quel risque si l'examen est différé, ou pas réalisé? .  Cela entraine t'il une perte de chance pour le patient ? Une hémorragie sévère ne peut pas être différée, il vaut mieux faire l'examen dans les 6 heures. Si cela est possible, quoi que difficile dans la majorité des centres, c'est encore très utopique dans  beaucoup d'endroits

Ce soir encore, donc , je dors avec le téléphone sur la table de nuit. Le dimanche matin est un moment critique de garde. Les douloureux qui tiennent depuis quelques jours finissent par vraiment paniquer et venir aux urgences. Tout comme ceux qui se voient saigner depuis quelques jours aussi et que l'angoisse du week-end étreint tout à coup. Comme si le sang de la semaine était moins inquiétant, et que sa poursuite le dimanche témoignait soudain d'un état de gravité .

Cet état d'alerte durera Jusqu'a  Lundi matin. Je passerai
le relai à un autre gastro.
publié par: ML - dans médecine
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 19:14
La découverte de la séropositivité de LZ remonte a 1988. Il avait environ 20 ans, et je venais de m'installer, quand m'est échue la lourde tâche de lui annoncer le résultat de l'examen que j'avais fait pratiquer.

Je l'ai suivi irrégulièrement depuis cette date. Et nous avons développé une sorte de relation d'habitude, je représentais une sorte d'ancrage dans sa vie. Il ne m'a  jamais perdu de vue, en plus je soignais aussi ses parents.

Ce grand et beau et sympathique jeune homme était dès le départ un peu marginal. En 1988, il s'est cru menacé par une mort proche. Aussi a t'il décidé d'abandonner les pépères études qu'il avait entreprises, pour se diriger vers une licence de psycho. Un temps, il a exercé, puis il s'est orienté vers des méthodes bio et  alternatives, et a finalement décidé de partir s'installer en Inde. Ca a été cahotique, et pas vraiment réalisable.

Dans sa marginalité, il a accepté très peu souvent de prendre un traitement antiviral.  Vers 1992, je crois, puis plus récemment en 2005. Mais dès qu'il voyait remonter son taux de T4, il jugeait son intoxication suffisante et stoppait les traitements classiques, pour recourir aux méthodes alternatives qu'il prônait.

Il a eu de la chance, celle de faire partie d'un petit nombre de patients, dont on a découvert avec le recul qu'ils étaient porteurs sains du virus. Ce sous groupe de séropositifs semble ne pas développer la maladie. Des études s'intéressent à eux, d'ailleurs, à cette improbable tolérance immunitaire prolongée.

Depuis quelques années, ses T4 étaient à la baisse. Mais les tentatives de traitement se soldaient toujours par un arrêt et un retour a la case bio.

Je l'avais vu il y a un an ou 2. Et je recevais parfois un mail, ou une carte du bout du monde. Je savais par sa famille qu'il était de retour en France

Et puis, là, Crac... La maladie l'a rattrapé. Je viens de recevoir un compte rendu d'hospitalisation. Il a été hospitalisé pour une infection pulmonaire grave à pneumocystis. La forme banale d'entrée dans le SIDA-maladie.

Juste au moment ou l'on donnait un Prix Nobel à Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi, découvreurs du virus HIV,

J'ai beau être son médecin, je suis aussi dans l'intimité de LZ depuis 20 ans maintenant. Et je suis sincèrement désolée pour lui.


publié par: ML - dans médecine
commenter cet article
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 22:51
Réunion : Ile paradisiaque qui m'attend

La Réunion vous attend...
Informations pratiques à destination des voyageurs.
www.la-reunion-tourisme.com/

      
    Enfin, Euh, en ce qui me concerne, la réunion c'est plutot dans le fin  fond de la banlieue, dans un endroit totalement introuvable, même avec un GPS

La réunion est en promo...


        La Reunion en promo

        www.nouvelles-frontieres.fr/reunion

   
    Je m'en doutais qu'il y avait des prix, ça devient d'un commun ...


Anagrammes de : reunion

7 lettres - anagrammes exactes

réunion •=> rien dautre à faire avec  ce mot

6 lettres

un rien •

5 lettres

ennui • irone • Néron • noire • nouer • nuire • renon • réuni • ronin • Rouen • rouie • ruine • ruiné • union • Unión • urine • uriné •



Ré-union


    Mais ?
    Y avait il eu Union ?



réunion
définition

  nom féminin singulier 
1 fait de réunir (un pays...) 
2 fait de lier ensemble (deux régions...) 
3 fait de mettre ensemble des choses éparses 
4 réconciliation 
5 fait de se trouver ensemble 
6 groupe de personnes réunies, l'acte lui-même, ses modalités, sa durée... 
7 rencontre sportive



Votre requête est : "reunion" (réunion). Il y a 120 synonymes.
réunion : accord, accouplement, accumulation, adhérence, adjonction, affluence, agglomérat, agglomération, agrégation, ajustage, alliance, amalgame, amas, annexion, aréopage, assemblage, assemblée, assise, assistance, association, auditoire, bloc, bouquet, briefing, carrefour, cénacle, centralisation, cercle, chambrée, chapitre, choix, clan, clique, coalition, collection, colloque, colonie, combinaison, comice, comité, commission, communauté, compagnie, complot, concentration, concile, conciliabule, confédération, conférence, confrérie, confusion, congrégation, congrès, conjonction, conjugaison, conseil, consistoire, contact, convergence, coterie, couple, débat, école, emboîtement, ensemble, entassement, entrevue, états généraux, faisceau, fédération, festival, festivité, fête, fusion, gerbe, groupe, groupement, hymen, incorporation, joint, jonction, juxtaposition, liaison, manifestation, mariage, masse, meeting, mélange, montage, provision, quarteron, ramas, ramassage, ramassis, raout, rapprochement, rassemblement, rattachement, réception, regroupement, rencontre, rendez-vous, sauterie, séance, sélection, séminaire, sénat, session, société, soirée, symposium, syndicat, synode, synthèse, table ronde, tas, totalité, troupe, union, zeugme.


Reunionite: maladie de la réunion


Contraire à la réunion

Antonymes : bifurcation, désagrégation, désunion, différenciation, dispersion, dissémination, dissidence, dissociation, division, élément, éparpillement, fractionnement, intersection, partage, sécession, séparation
publié par: ML - dans joies
commenter cet article
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 23:58
Les gens font parfois des réflexions totalement inattendues et déstabilisantes

Nous étions ce soir chez des amis, notamment un petit groupe qui se connait très bien et depuis plusieurs années. A un moment, nous discutions de la puberté de nos enfants . Ma copine My évoquait avec des trémolos dans la voix la puberté de ses 2 filles
de 11 et 12 ans, déja réglées, les premières règles, l'achat des soutien gorge. Des moments d'émotion pour la mère comme pour les filles.

J'évoquai à mon tour en souriant le tout début de puberté de mon petit dernier de 12 ans, qui vient de voir avec étonnement un poil lui pousser!

Nous tournant vers notre amie B, dont le dernier fils a 12 ans 1/2, nous l'interrogeâmes à son tour. Et V ? il a commencé sa puberté aussi ?

La réponse créa une vraie surprise, et une vraie gêne dans l'assistance.
Je refuse de répondre à cette question dit la maman, cela concerne l'intimité de V et je refuse de parler de cela  ...

A un détail près, chère amie, lui ai-je dit. Il n'y a rien de moins intime que la puberté. La sève monte et cela chamboule tout, cela se voit, cela éclate. Au vu et au su de tous.

Avec ma psychologie de comptoir, une telle réponse de mère me parait excessivement pathologique. Elle indique à mon sens le refus de la mère d'accepter la puberté de son fils. Ce fils qui est son dernier enfant, après 2 filles, et auquel l'unit une relation depuis toujours fusionnelle et délétère pour l'enfant.

Ce même enfant invité il y a 2 semaines chez nous a téléphoné à son père après une banale dispute avec l'un des amis présents , en disant: moi j'ai des droits,  je fais ce que je veux... et le père en question est venu chercher son enfant sans me parler et sans vouloir savoir ce qui s'était passé réellement, comme si nous étions de véritables bourreaux.




publié par: ML - dans colères
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 19:26
Pauvre Sécu , on peut la plaindre

La patiente 50 ans, prof.
M'a demandé à ne pas avoir de dépassement d'honoraires, vous comprenez, docteur, la MGEN ne les prend pas en charge.
Ma façon de voir les relations patient/argent: tu veux pas de dépassement d'honoraires ? Je n'en fais pas.
Je ne prends pas d'argent, mais rien ne m'empêche d'avoir la dessus mon jugement....
Ce jugement n'est pas forcément positif. Généralement, je trouve qu'un enseignant pourrait avoir plus de fierté et ne pas mégoter au médecin des dépassements modérés (de l'ordre de 50 euros en ce qui me concerne). 

La patiente de 50 ans de ce jour, prof donc, n'a pas eu de dépassement d'honoraires pour sa coloscopie entièrement prise en charge par la sécu.

A sa sortie ce soir, elle m'a demandé de faire un bon de remboursement pour son transport en taxi. Prix du taxi : 18 euros, pour venir de moins de 2 kilomètres.

Il est exact qu'en cas d'examen en clinique la sécu peut vous rembourser le transport [sous réserve qu'un médecin veuille bien remplir le document°. J'ai même rencontré des patients se faisant rembourser le transport dans leur voiture particulière pour une simple consultation (dans le cadre de la prise en charge à 100%). Cela est tarifé par la sécu, quelques euros du kilomètre

Pauvre sécu. Les biens portants (cas de cette patiente, qui venait faire un dépistage) ne voudront donc jamais comprendre qu'ils ne peuvent pas pomper indument ses finances?  Leur motif est une critiquable : ils affirment agir de cette manière , au motif justement qu'ils ne le font pas souvent puisqu'ils ne sont jamais malades.

Ceux qui connaissent ce blog sauront ce que j'ai répondu à la patiente...
J'ai refusé de faire le bon de transport.


1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 21:54
Litige avec une patiente: elle n'est pas contente, car je l'ai mise "hors parcours de soins" lors de sa précédente consultation le 10 septembre.
C'était, bien sur , la première fois que je la voyais.

Parcours de soins: adressé par le médecin traitant , avec un courrier. Code MTO
Hors parcours de soins: venu d'elle même. Code HCS. Consultation remboursée à 50% je crois au lieu de 60%


Je suis en secteur 2 , en honoraires libres. Pour une consultation avec moi, quelque soit son  prix, le patient est remboursé sur la base de 23 euros.

Depuis l'instauration de ces réglementations, je note systématiquement dans le dossier si c'est le MT qui adresse le patient ou non. Il arrive évidemment que l'on mette  en parcours de soins un patient venu sans courrier de son médecin, mais dont le médecin traitant est manifestement au courant ou à l'origine de la visite chez le spécialiste. En témoigne par exemple des explorations complémentaires déja faits, plusieurs consultations avec le médecin traitant. On n'est pas seulement des paperassiers , mais des docteurs.

Dans le cas de Mme P, ce n'était pas le cas du tout ! Pas de lettre, médecin traitant  pas dans cette histoire, non informé , patiente désagréable et revendicatrice, sur des symptomes essentiellement fonctionnels. Poussée dans le bas ventre, constipation, et j'en passe.

Quelques jours après la consult, au moment du remboursement, elle a téléphoné pour protester parce que je l'avais mis en hors parcours de soins. Je précise que la patiente est cadre dans une banque, donc normalement à l'abri de la pauvreté. A ce moment je l'ai eue en ligne, et je l'ai  renvoyée à ses méditations.

Elle ne se le tient pas pour dit (dommage on rêve toujours que ce genre de patient change au plus vite de praticien). Et reprend un deuxième rendez vous. En précisant par 2 fois a ma secrétaire qu'elle veut absolument être mise en parcours de soins (sic)

Consultation tendue. Vérification de la normalité des examens demandés. Elle sait lire, c'est écrit normal dessus. Ca se corse au moment de décider d'une coloscopie, dépistage à mon sens indispensable selon son âge, plus de 45 ans, et les symptomes qu'elle m'a indiqués. Mais elle refuse de faire une coloscopie, veut faire à tout prix un hémoccult (recherche de sang dans les selles). Celui ci est inutile, en effet, elle dit avoir du sang dans les selles !! Elle m'indispose tellement avec ses ordres que finalement l'impatience me saisit, et je lui dis: madame , faites ou ne faites pas l'examen, je vous ai donné les éléments, et sachez que votre refus est consigné dans mon dossier. Histoire que vous ne veniez pas me reprocher un jour de ne pas avoir fait cet examen.

Nouveau litige sur le traitement. Le traitement de constipation que j'ai donné n'a évidemment pas donné satisfaction !

Vient enfin le moment du règlement.
A ce moment le coup de Trafalgar du parcours de soins refait surface. Et voila que la patiente me sort une lettre de son médecin traitant, datée de la veille de la première consultation. Et qu'elle m'ordonne de faire un rectificatif à la sécu concernant la fameuse consultation codée hors parcours. Au motif qu'elle avait la lettre de son médecin, mais que je ne l'ai pas demandée et qu'elle n'a pas pensé à la donner ! Ce qui est forcément inexact, ma secrétaire demande toujours, et moi aussi !

Qu'eussiez vous fait. Je l'ai envoyée au diable avec ses récriminations. En premier lieu parce que j'avais fait exactement ce que je devais faire. En second lieu, t'imagines la tête de l'employée de sécu recevant une feuille de soins rectificative 
d'une consultation déja remboursée en plus ... Motif: lettre du médecin produite 3 semaines plus tard !

En plus le médecin traitant c'est un cochon. Car je suis sure que la lettre en question, eh bien elle est antidatée à la demande de la patiente. D'ailleurs, voyant que je refusais de souscrire à sa demande, elle n'a pas voulu me laisser la lettre, elle l'a reprise avec elle. Je crois qu'elle compte l'envoyer a la sécu en expliquant que j'ai codé sa consultation en hors parcours de soins alors que j'aurais du la mettre en parcours !

Je précise pour les non initiés, que je n'ai pas gagné plus . Ce n'est pas le montant de ma consultation qui a gêné cette patiente, mais l'amputation du remboursement par la sécu et probablement aussi par sa mutuelle, car il y a en hors parcours 6 ou 8 euros supplémentaires non remboursés par la mutuelle, et qui restent à la charge du patient.

Je précise autre chose. Hier à ma consultation de médecin libéral, est venu un jeune homme de 21 ans, SDF, sans sécu, sans CMU, car totalement désinséré il n'a pas refait les papiers perdus. Pour ce garçon la, le prix de ma consultation a été de 0 euro.

Car je conçois la médecine comme cela. Ne pas faire payer les pauvres et les indigents.

Et envoyer au diable les emmerdeuses de ce genre, en sachant que leur pouvoir de nuisance est certainement plus grand que je ne le pense, et que je risque de me retrouver avec un litige de la sécu alors que je lui ai fait faire des économies  justifiées !

Mais quand j'y pense, il va falloir qu'elle paye les timbres pour les courriers si elle intente une action !




1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 21:28
Objectif : Travailler avec mon logiciel médical de manière "déportée" tandis que mon associée (à venir, mais ça semble se préciser) continue à utiliser le logiciel dans le bureau. Puis l'essentiel , rapatrier dans le logiciel du bureau les données que j'ai modifiées, mais sans écraser les nouveaux fichiers créés dans l'intervalle.

Mon fournisseur de logiciel me propose une solution. Onéreuse, plus de 1000 euros.

Or je trouve plein de logiciels dits de "synchronisation" en accès gratuit sur le net

J'avoue être perplexe. Qu'aurai je de plus pour 1000 euros ? Est ce que ce ne serait pas déja possible d'essayer un peu moi même en téléchargeant et en paramétrant, même si ça parait complexe à mettre en oeuvre

Est ce que quelqu'un qui passe par ici aurait des avis ou des conseils à me donner ?
publié par: ML - dans médecine
commenter cet article
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 21:02
Le Wifi fonctionne très irrégulièrement à la maison depuis plusieurs mois . Il va et vient, oscillant de la réception parfaite a l'arrêt wifi-ondien subit, sans signe d'alerte.
2 ordi sont connectés avec ce Wifi. La machine du rez de chaussée est la plus sévèrement atteinte. Nous attribuons cela au fait que c'est un vieil ordinateur de bureau , pas mal rempli, un peu poussif. Au contraire l'ordi du deuxième étage, un portable de moins de 2 ans, reçoit toujours le réseau comme un bon petit soldat. 
Les 2 ordinateurs sont en réseau. Parallèllement à l'essoufflement du wifi , le réseau a commencé à donner des signes d'irrégularité, jusqu'à rendre l'âme totalement.
La situation est devenue compliquée. En effet nous pouvons maintenant nous connecter d'un seul ordinateur, mais l'imprimante se trouve sur l'autre, ce qui n'étonnera personne, mais emmerdera tout le monde. Il est donc nécessaire de copier sur une clé USB en haut, pour descendre imprimer en bas.
Pas top simple

Au retour des vacances, la maladie a évolué progressivement, et l'alzheimer du wifi s'est aggravé
En bas, la connection internet a carrément rendu l'âme. Plus moyen de se connecter
Et en haut, depuis 10 jours, l'ordi s'est affaibli de jour en jour, comme miné par une grave maladie. Il faiblit tant et tant, un peu plus à chaque instant et finalement, la lumière de la planète internautique vacille puis s'éteind définitivement.

Dans une première phase de la maladie, l'ordinateur indique qu'il voit le réseau , mais "connection impossible, connectivité limitée ou inexistante"
Ensuite vient la phase d'agonie: la recherche de réseau sans fil ne donne qu'une laconique réponse: pas de réseau sans fil a portée de l'ordinateur. Même plus le réseau du voisin sur lequel nous nous sommes déja connectés en cas de panne.

Des tentatives de réparation par notre fils ainé. Sans succès. Il conclut que la Live Box a rendu l'âme

2 soirées de dial téléphonique avec Wanadoo. 20 minutes d'attente  pour avoir en ligne un humanoïde. 1 heure de test à chaque fois. La première fois, ça coupe avant la fin, cause une panne dans leur système informatique. 2ème tentative le samedi soir (moins de monde qui appelle). Re 1 heure. L'humanoïde désincarné, qui m'a bien évidemment fait refaire les manipulations strictement identiques à celles de la première fois, il n'y comprend rien. La box a l'air Live, mais tout est mort. Même en posant l'ordi sur la live box, il ne capte absolument pas le moindre réseau internet.

Donc on décide de changer de Live Box. Ce jour, mise en place d'une Live Box neuve.... et RIEN, toujours la même réponse: rien

La lueur vient soudain du cerveau génial du fils prodige. Interférences ???

Notre petit dernier est un passionné de vidéo-surveillance. Il a déja mis en place pas mal de caméras dans la maison, qui surveillent l'escalier, l'entrée, etc, selon ses humeurs. Il y a 10 jours, soit le 18 septembre, c'était son anniversaire. Que s'est il acheté pour l'anniversaire ??? Une nouvelle caméra vidéo , à 89 euros, ultra perfectionnée.

La coïncidence est troublante non ?

On lui donne aussitôt la consigne d'éteindre l'ensemble de ses technologies.

Et... ça s'est remis à marcher instantanément. Sur tous les ordinateurs de la maison en même temps.

2 heures plus tard dans la rue, la voisine d'en face: "vous n'avez pas des problèmes avec internet en ce moment? . chez moi, dit elle, depuis une semaine, ça ne veut plus marcher correctement".

On lui a conseillé de retenter une connection. Cela marchait à nouveau chez elle aussi.

La caméra du fiston a donc totalement perturbé le Wifi chez nous et dans le voisinage.

Vous croyez ça possible ? Eh bien, ça l'est

Les forums/réseaux indiquent que le WIfi peut être perturbé par tous les appareils émettant dans la même fréquence de 2.4 Ghz, soit selon le forum de "comment ça marche point net": 

http://www.commentcamarche.net/forum/affich-4125748-perturbations-du-wi-fi-par-un-micro-ondes

le four à micro-onde est aussi en 2.4 Ghz( rien à faire) comme les fréquences des radioamateurs (plusieurs watts) les caméras sans fil les transmetteurs video, la télémesure, la télémédecine, la teledétection, telegestion, etc etc... Cette bande dite ISM est pourrie et saturée c'est pourquoi elle est gratuite. Pour être plus tranquille il faut utiliser le wifi en 5.8 Ghz ou mieux retour au filaire ou alors choix du mode par transmetteur CPL...

le Wififou a encore frappé !


Présentation

  • : cris et chuchotements médicaux
  • : Déménagement définitif du blog à l'adresse suivante: www.cris-et-chuchotements-medicaux.net
  • Contact

@copyright

J'autorise les citations de mes textes sous réserve que soient citées la source et le lien.

Je trouve agréable d'être avertie, c'est plus convivial.

L'icone "j'aime" est bien, mais un commentaire c'est mieux

Si vous voulez me contacter: gastroenterologue92@gmail.com

Rechercher

Retrouvez tous les articles du blog ici: cris-et-chuchotements-medicaux.net. Vous y retrouverez l'intégralité des articles déja publiés, de nouveaux post, et vous pourrez mettre vos commentaires !

blogs santé

Teads - Top des blogs - Santé et bien être

A propos de moi

Ce blog a définitivement déménagé en septembre 2015 à l'adresse suivante: cris-et-chuchotements-medicaux.net.

Vous y retrouverez l'intégralité des articles déja publiés, que vous pourrez commenter (ici les commentaires sont désactivés)

et de nouveaux post, bien sur ! 

Au plaisir de vous retrouver sur mon nouveau blog

 

 

 

essai